© Naruto no Kitai est la propriété de ses administrateurs dont Tetsuya Sawada, son fondateur. Le graphisme et codage du design ont été réalisé par Tetsuya. L'univers de base est tiré du manga de Masashi Kishimoto, Naruto.



 
FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Koutetsu Hei [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chunin de SunaChunin de Suna
Messages : 16
Ryos : 140
Date d'inscription : 03/11/2015

Feuille de personnage
Grade: 2
Expérience:
0/100  (0/100)
Sous-classe:
avatar
Koutetsu Hei
MessageSujet: Koutetsu Hei [Terminé]   Mar 3 Nov - 6:17


Koutetsu Hei
Feat Hei / Darker Than Black


Âge ::18
Classe :: Ninja
Sous-classe :: Soutien
Village :: Suna
Domaine :: Kekkai Genkai Jiton - Ninjutsu
Affinité :: Raiton



Physique
On dit que le visage est le miroir de l’intention, un reflet identitaire , une sommité dans l’appréciation du comportement. Il est indispensable… Et c’est sans doute pourquoi il s’en prive. Un masque blanc d’apparence fragile mais pourtant métallique, l’œil parcouru d’un éclair sinueux, une ligne rouge en guise de bouche, est le portrait qu’il ne quitte presque jamais. Il a appris involontairement à compenser ce manque, cette absence, par une gestuelle traduisant ses émotions et ses intentions parfois disproportionnée. À vue d’œil, il s’agit de dramatisation, mais pour tout le reste, on parle de communication. On pourrait faire une vaine comparaison entre l’équilibre du Ying et du Yang et le contraste éclatant de son faux visage et du reste de ses vêtements, mais ce serait mensonge et porter fausse intention au personnage. Il n’a que peu d’intérêt pour l’esthétisme et l’attention, une ironie car son masque a souvent l’effet d’attirer le regard.

Revenant au costume, ce long manteau noir aux lignes vertes intérieures est à la fois léger, confortable, et suffisamment pour n’être d’aucune gêne dans ses mouvements. Une veste de shinobi aux couleurs de Suna tout à faire ordinaire se trouve en dessous. Cet apparat recouvre un individu de taille et de poids moyen, un physique athlétique et rude, héritage de son clan de naissance, les Kinzoku. Du même destinateur, des cicatrices couvrant son corps de partout, certaines courtes, mais beaucoup d’autres d’une taille presque…Impressionnante.  Des cheveux mi longs en bataille d’un noir sombre complètent l’attirail. On pourrait s’attarder encore davantage, mais il n’en serait pas ravi. Sa présence est parfois dérangeante mais aussi souvent oubliée, un souhait que beaucoup partagent, lui le premier.



Caractère
Il y a plus d’un masque chez  Hei. Il marche avec vous, mais il ne fait pas partie des vôtres. C’est l’idée directrice de son existence. À l’extérieur, Hei est une personne raisonnablement équilibrée, fiable et de bonne volonté. Malgré le handicap de son masque, il est communicatif et expressif. Il a une capacité d’observation, d’analyse et de mémoire visuelle et audiologique élevée. Son humour est réconfortant même si souvent acéré, sa répartie est sereine.  Il ne doute pas, il ne recule pas. Il est comme l’oiseau, fier et entreprenant, habile socialement et doté d’une persévérance sans faille.

Mais il en partage également l’aspect plus sombre de la bête, qui gonflera son plumage pour cacher la maladie qui le ronge le plus longtemps possible. Ce n’est pas le corps du jeune homme qui souffre mais bien son esprit, une fissure si béante qu’aucun masque ne saurait le cacher une fois mis au plein jour. La vérité est que Hei est dévoré par des remords et par une honte qu’aucun philosophe de quartier ne saurait raisonner. Elle s’infiltre dans ses entrailles, dans les racines de son identité.  Une voie fondée sur la carrière militaire du clan Kinzoku, son devoir, son destin. Son phare, le quai sur lequel il pouvait s’amarrer dans les tempêtes des doutes, des épreuves de la vie. Du jour au lendemain, ce havre avait disparu, détruit, noyé et incendié à jamais. Il résidait désormais dans des terres hostiles, un clan qui ne l’acceptait que pour son potentiel et la satisfaction qu’un être peut avoir à retourner l’arme de son ennemi contre celui-ci.

Non, le vrai Hei a peur, peur de n’être plus rien, moins qu’un homme. Il a peur de n’avoir plus aucun but si ce n’est que de s’enfoncer dans sa traîtrise car il n’a pas su renoncer à la vie. Le vrai Hei n’a aucune estime de lui-même et ne voit pas dans l’outil une différence avec lui. Le vrai Hei est rongé par le doute, craint les moments vides qui pourraient le tenir seul avec ses pensées. Sous son masque, on ne pourrait deviner que ses yeux peinent à se fermer la nuit, car c’est là que les rêves l’attendent, les images de son passé encore frais dans sa mémoire.  Alors il avance, car c’est tout ce qu’il peut faire, un papillon de nuit qui tente vainement de trouver une lumière qui cesse de lui brûler les ailes…



Histoire
La première chose qu’on lui montra à faire en ce monde, dès qu’il put marcher sans tomber à chaque enjambée, fut de tenir un Kunaï. Il était trop lourd, l’objet tomba de ses mains de bambin et il collecta sa première  cicatrice. Il en aurait bien d’autres avec les années. Le premier coup de poing à 5 ans, le pied à 6. L’échec n’était pas toléré dans la branche Shiroi, pas quand on aspire un jour à remplacer le général.  Pas quand on aspire à gagner la course  contre tous les autres enfants. Hei n’aurait su expliquer pourquoi c’était si important, mais personne ne lui aurait demandé de toute manière. La voie des Kinzoku était celle de l’excellence et de la victoire. Mais là aurait pu être toute l’histoire, car la vie d’Hei n’était guère différente de tout autre membre de son clan aux traditions militaires célèbres. Dans un royaume aux valeurs ultra-conservatrices, son père était la pièce qui allait peut-être changer l’échiquier. L’homme avait vécu les turbulences qui avaient secoué le monde dans les trente dernières années et souhaitait un avenir plus paisible pour son clan. À l’aube de la quarantaine, il réalisait que la fierté acquise par son rôle dans le succès du village ne lui apportait aucun confort, aucune… Célérité. Il n’était qu’un morceau de métal gris, sans cesse usé par les autres. La mère de Hei, jadis son obélisque à lui, était décédé en donnant naissance, malgré les efforts des physiciens. Cette ambition, ce père dévoué la gardait pour lui, traitant son fils comme il avait été lui-même été élevé jadis. Mais son secret n’en étant pas un, car son rêve transpirait parfois lors des trop longues nuits dans les bars et auberges de la ville. L’alcool, qui était pour lui son seul refuge, l’avait trahi, et l’étau se resserrait lentement à son insu. Si bien qu’un jour, l’ivrogne était le seul à croire à son propre anonymat.

De cela, Hei ne vit qu’un père qui ne revint jamais d’une enième mission. De cela, il ne vit rien sinon les coups qui venaient désormais des autres pères et des autres mères, des épreuves toujours plus difficiles, des regards parfois méprisants. Ce n’était plus uniquement les parents mais aussi les enfants. Et à l’aube de ses 14 ans, à la lueur de son talent évident pour les arts shinobi, on décida de ne pas laisser le poison se répandre une fois de plus chez les Kinzoku. Hei avait vécu les coups mais rien ne put se comparer à ce jour gris où il entra chez lui, son foyer, sa famille, pour voir les ombres fondre sur lui et sa vision devenir trouble sous la douleur. À l’abri des regards mais aux yeux de tous ses frères et sœurs de clan, la voix forte de son maître lui dictant qu’il n’était pas digne de son nom, et que pour cela, il ne pourrait plus jamais oser le porter. Il était avant tout un échec, comme le reste de sa famille. Le clan Kinzoku ne pouvait tolérer une semence de discorde dans ses rangs, ils firent comme tout soldat jugé à la cour martiale. Ils avaient donné la vie à Hei ; ils pouvaient la reprendre.

Le corps ne pouvait risquer d’être retrouvé, alors ils l’enterrèrent dans le désert, prenant soin de ne pas le tuer eux-mêmes. Cela aurait été à la fois risqué et trop clément pour le traître en devenir qu’Hei était. Ses jambes furent brisées, son visage, presque méconnaissable sous les coups. On cracha sur lui, puis le sable recouvrit le mince filet de ses yeux tuméfiés.

Difficile de dire combien de temps passa, mais le soleil fit plusieurs tours. Quelque chose faisait remuer le sable. Quelque chose lui picorait le bras. Douleur. Une tête sans poil, sans plume, deux yeux, un bec rempli de sa propre chaire. Son bras se leva, frappa. Ses doigts étaient brisés, mais sa main pouvait servir. Ce simple geste le vida de son énergie et il sombra, encore.

La suite fut à la frontière du rêve. Des doigts se posèrent sur sa gorge. « C’est le fils de… » « Il était temps. Depuis sa mort… » « Partons. » « … Tu n’as rien compris, toi. » « C’est un Kinzoku. » « Justement. »

Sa première vision fut celle d’ennemis jurés, il aurait sans doute levé les poings fut-il capable de serrer les doigts. Mais sa deuxième vision, celle du passé, celle qui faisait écho à l’éducation des Koutetsu comme étant un clan pitoyable et sans valeur enracinée dans son esprit, l’obligea à reste fixe et muet. La voix féminine était jeune, mais sans l’innocence qui l’accompagne parfois.

« Complètement légume. Bravo. Quelle perte de temps »

Il fallut des semaines pour qu’il parle. Davantage pour parler plus d’une phrase. On l’examina d’’un œil averti, guettant une séquelle irréversible qui puisse le rendre inutile aux yeux de cette branche principale des Koutetsu. Mais il n’y en eut aucune. Même, il grandit,  et sa voix changea, comme marquée à jamais. Ses cheveux rasés poussèrent. Et un jour, on lui demanda de faire un choix.

Ce choix le fit apparaître peu de temps plus tard comme apprenti shinobi sous le masque qu’il porte toujours aujourd’hui. Aux yeux de tous, il était un Koutetsu défiguré et jusque-là isolé aux terres de son clan. Son talent était presque indiscernable de celui de sa famille d’accueil, qui s'assurait qu'un vrai membre de la famille soit toujours avec lui aux évènements officieux pour tromper le clan adverse. Il prit un nouveau nom, Hei, ou plutôt, on lui donna, sans vraiment demander son avis. Le secret resta bien entendu connu du Kage et de l'élite du village dans leurs dossiers, comme l'est presque tout en ce village, mais il n'y avait pas de raison de vouloir dévoiler l'affaire : personne ne voulait causer une guerre ouverte entre les clans. Et au final, Hei servait toujours le sable caché, alors quelle importance, son identité ? Il était là, et prometteur. À l’aube de ses 18 ans , le rang de Chuunin était désormais le sien.

Mais quelque part, c’était peut-être la seule chose qui lui appartenait vraiment désormais…



Qui es-tu ? Dans la vrai vie !
Un Québécois. I know.

Prénom/Pseudo : Alex
Tu as quel âge ? 23
Tes disponibilités ? Convenable, je RP jamais plus que j’en suis capable.
Tu nous as trouvé où ? Par ma douce !
Et t'en penses quoi ? Impressionnant.
T'as un autre compte ? Lequel ? Nan.
Mais encore ? *o* Je vais essayer de la garder sage


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur de HNKMessages : 230
Ryos : 172
Date d'inscription : 04/03/2015

Feuille de personnage
Grade:
Expérience:
0/0  (0/0)
Sous-classe:
avatar
Fondateur
MessageSujet: Re: Koutetsu Hei [Terminé]   Mar 3 Nov - 15:00

Hey l'homme masqué !

Je viens de finir de lire ta présentation et... que dire ? Elle est superbe ! Tu as réussi à exploiter tout le contexte de Suna et des clans rivaux Koutetsu et Kinzoku, ce qui est très agréable à lire. Ton histoire est très bien et on ressent vraiment les tensions présentes au village et ce nouveau désir élitiste du Kazekage.  
Je vais juste être chiant sur un truc et te demander si ça ne te dérange pas que je change ton pseudo en Hei Koutetsu ? Je préfère mettre le prénom en premier pour une question de cohérence global.

Je te valide donc Chunin de Suna !
Encore bienvenue sur le forum et ravi que celui-ci t'impressionne  

P.S : Bon courage pour garder Aya sage c'est un emploi à plein temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hunter-no-kitai.forumactif.org
 

Koutetsu Hei [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter no Kitai :: Zone HRP :: Partenariat :: Commencement :: Présentation :: Présentations terminées :: Membres de Suna-