© Naruto no Kitai est la propriété de ses administrateurs dont Tetsuya Sawada, son fondateur. Le graphisme et codage du design ont été réalisé par Tetsuya. L'univers de base est tiré du manga de Masashi Kishimoto, Naruto.



 
FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Zirashi Akira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jônin de KiriJônin de Kiri
Messages : 30
Ryos : 90
Date d'inscription : 31/12/2015

Feuille de personnage
Grade: 7
Expérience:
0/0  (0/0)
Sous-classe: Ingénieur
avatar
Zirashi Akira
MessageSujet: Zirashi Akira   Jeu 31 Déc - 17:50


Zirashi Akira
Feat Frey / Fisheye placebo


Âge :: 17 ans
Classe :: Ninja
Sous-classe :: Ingénieur
Village :: Kiri
Domaine ::
Tekunorojijutsu:
Iroujutsu:
Ninjutsu:
Affinité :: Raiton


Physique
Akira est un garçon que l’on n’aperçois que si il décide de se montrer. En effet, du haut de son mètre soixante-huit, il n’est pas rare qu’on le prenne pour un enfant de 14 ans. 58 kilos, ce n’est pas vraiment lourd pour un garçon de son âge, mais peut-être es-ce pour cela qu’il jouit d’une agilité non négligeable. Il ne sourit que très rarement en cas d’euphorie intense, le reste du temps, il aborde un visage neutre. Es-ce pour cacher la douleur que lui causent ses prothèses ? Il est le seul tenu dans la confidence.

Les seuls points qui peuvent le faire remarquer sont ses cheveux argent ainsi que ses yeux d’un bleu presque électrique. C’est la raison pour laquelle il prend la peine de s’habiller avec des couleurs sombres incluant le plus souvent une capuche afin de se fondre dans la masse.

S’il fallait décrire sa silhouette en un mot, il serait Svelte. Pas vraiment grand, des muscles qui se dessinent discrètement mais surement sur son corps, il est l’exemple type d’un jeune Homme de sa taille qui fait l’effort de se muscler régulièrement. Mais ses muscles, ne les cherchez pas trop. En effet, Akira à la fâcheuse manie de porter des vêtements amples.

Avec son sweat à capuche orné d’une fausse fourrure (oui, il faut le dire, c’est kitch !), son pantalon en toile noire et ses chaussures qui remontent jusqu’au chevilles, il ressemble à un gosse de riches qui se prend pour une racaille.

Pour finir, Akira passe son temps les mains dans les poches, personne ne sait vraiment pourquoi, peut-être qu’il ne le sait pas lui-même. Avec une tenue désinvolte, il cache ses membres rafistolés en acier et en carbone sous du maquillage et de la fausse peau.


Caractère
Aux premiers abords, Akira est un garçon qui paraît très froid, renfermé, presque cassant. Il faut dire que son visage neutre n’arrange pas les choses. On a rarement envie d’aller parler à quelqu’un qui ne lâche pas un sourire. Quand il sort, il marche lentement les mains fourrées dans ses poches, donnant une impression lasse voire « jm’en foutiste ».

Mais le personnage ne s’arrête pas là ! Parce que oui, une fois qu’on lui à dit « Bonjour », il se transforme en quelqu’un de jovial, heureux et blagueur. Il suffit de lui adresser une fois la parole pour qu’il essaie de vous connaître. Même si vous ne faites que vous excuser pour l’avoir bousculé, il va marcher avec vous pour entamer une discussion.

On pourrait le qualifier de collant mais au final, lorsqu’il voit qu’une personne n’est pas intéressée, il s’en va et reprend sa déambulation qui paraît sans but. Il n’est donc pas vraiment insistant, si on accepte, sinon, il essaie une fois, deux fois, trois fois mais pas quatre. Vous l’aurez deviné, sa devise est « Jamais Deux sans Trois ! »

Akira est très intelligent dans son domaine. Il aime beaucoup bidouiller et n’hésite pas à tester de nouvelles fonctionnalités sur son propre corps déjà mutilé. Il construit, il détruit, il rafistole… Ses amis savent qu’ils peuvent lui demander l’impossible, si c’est de la mécanique, il pourra le faire. C’est aussi un garçon musicien et sensible à la musique. Il n’est d’ailleurs pas rare de le voir avec son casque sur la tête.

Il a des amis, et il n’en manque pas ! Il n’aime tout simplement pas passer du temps avec eux inutilement. En parlant de ce qu’il n’aime pas, notons ce qu’in déteste. Il ne supporte pas les profiteurs, étant lui-même quelqu’un comme ça, il n’aime pas qu’on marche sur ses plates bandes. Les injustices ne lui font ni chaud ni froid mais il ne peut pas écouter quelqu’un se plaindre ne serai-ce qu’une seconde.
Il connait la douleur, il connait la souffrance et il sait comment vivre avec. Il part donc du principe que tout le monde peut le faire.

Voici Akira dans les grandes lignes, mais n’hésitez pas à venir lui parler pour le connaître mieux. Derrière les apparences se cache un garçon plein de vie et d’expérience.


Histoire

L’odeur cramoisie de chair brulée emplis ses narines insatiablement. Comment? Pourquoi? Rien ne peut être pire que ce moment. Il sent les flammes lécher avidement ses jambes, son torse, ses bras… La douleur est insupportable. Sa peau transpirante reflète l’horreur de cet instant. Ils sont là, enfin… ce qui reste d’eux. Eux qui jadis furent ceux qui le chérissaient. La lueur dans ses yeux se fait dévorer par le reflet du brasier.
Il sombre, il s’abandonne petit à petit à une inconscience qui causera sa mort. La chaleur est trop extrême; la peine, trop intense. Il ne peut plus, il ne veut plus se battre.

La noirceur l’entoure, l’air est lourd, pesant. Es-ce là le Paradis ? Si oui, il n’est pas vraiment comme on le décrit sur Terre. Mais il est vite ramené à la réalité. Alors qu’il veut se lever, une douleur fulgurante le prend dans les côtes, comme si quelque chose venait de se déchirer. Il se laisse retomber sur le sol cendreux. Tout son corps le fait souffrir. Mais pourquoi et comment est-il encore en vie ? Enfin… Ce n’est pas pour longtemps.

Il ferme les yeux pour tenter d’oublier son agonie et il veut se concentrer sur une image paisible mais seule l’horreur de ces deux corps calcinés lui vient comme un flash.
Il ne peut pas ciller, il ne peut pas clore ses yeux. Il peut simplement attendre la mort en pourrissant.

« - Venez, vite !!! »

Des cris, des pas, tout se rapproche. La vue floue, il ne voit qu’une forme pour sentir deux phalanges sur sa gorge. Ne peut-il pas le laisser mourir en paix au lieu de le faire souffrir d’avantage ?

« - Il est en vie, c’est un miracle ! Apportez un brancard ! »


Les bruits de ferraille et d’ustensiles étaient terribles mais la sensation était pire. Le vieil homme plaçait, forait, cousait, soudait. La douleur était abominable mais il n’avait de cesse de répéter que c’était bientôt fini.

« - C’est fini, c’est fini… »

Il termina son œuvre par le dos.

« - Maintenant, tu devrais pouvoir marcher et vivre presque normalement. » Il hésita quelques instants avant de reprendre. « - T’as un nom Gamin ? » Il comprit rapidement que la mémoire faisait défaut et il reprit rapidement. « - Je vois… Tu n’as qu’à porter le nom Akira le temps que tu t’en souviennes... Si tu veux, tu peux rester ici le temps qu’il te plaira… »

De mes yeux bleus je le contemplais. Ma gratitude envers lui était infinie mais je ne savais pas comment l’exprimer.

J’avais six ans, mes parents étaient morts dans un incendie qui avait causé de nombreuses blessures à mon corps et à mon esprit ; et ce vieil Homme répondant au nom de Zirashi Kol m’accueillait dans sa maison.


*Six ans plus tard; Première réunion de la team 6; Grade: Genin*

« - Yo!! J'mapelle Tobio, j'ai dix ans et j'suis spécialiste en défense! J'adore... Heu... Si je dois choisir une chose, ça serait la musique! Et je déteste... -Il eut un long moment de réflexion- Je sais pas! Pas grand chose en tout cas!! »

Je fus d'abord surpris d'entendre qu'il avait deux ans de moins que moi mais c'était plutôt logique, j'étais entré à l'académie deux ans en retard à cause de mon tas de ferraille. Il fallait bien que je m'habitue. « Spécialiste de la défense hein? » C'était prétentieux de s'autoproclamer spécialiste à notre âge mais il n'avait pas l'air orgeuilleux, juste franc. Mais un point dans sa présentation avait retenu mon attention, il aimait la musique! « je sens qu'on va bien s'entendre! »
Il s'était tourné vers la fille du groupe pour l'inciter à parler. Elle lui fit un sourire pour prendre la parole.

« - Enchantée, je m'appelle Haru, j'ai moi aussi dix ans et... comment dire, je ne suis pas particulièrement forte... -Elle ponctua sa phrase d'un petit rire gêné- Ce que j'aime beaucoup, ce sont les jeux comme le Go ou le Shogi. Et ce que je déteste, c'est de perdre! »

Elle avait terminé sa phrase en levant le poing comme si elle se faisait la promesse de ne plus perdre. Elle était assez jolie et elle me semblait digne de confiance. Ils s'étaient tout les deux ouverts à moi alors je me présentais à mon tour.

« - Salut, moi c'est Akira, j'ai Douze ans. J'aime bidouiller et tout ce qui se rapoirte à la mécanique et j'adore la musique. Je n'aime pas... Les geignards. »

La moue que je venais de faire en disait long sur mon aversion pour les personnes qui râlaient sans raison. Les deux autres firent les gros yeux quand ils entendirent que j'étais plus âgé qu'eux, faut dire que j'étais plus petit que Tobio à cette époque là. Le Senseï hocha la tête et se présenta à son tour.
Il nous expliqué ensuite comment allait se passer notre vie en tant que Genin, nos droits et nos obligations bien que nous ayons suivi l'enseignement de l'académie. Il donnait l'impression de ne pas faire confiance aux institutions mises en place. Mais mon analyse fut érradiquée par l'annonce d'un entrainement immédiat.
Tobio se leva d'un saut en s'écriant

« - Yosssshhhh!!! Allons-y!!! »

Nous nous sommes donc rendus dans un marais non loin du village.
Le Senseï nous expliqua les règles, se plaça à l'autre bout du marais et lança le départ.
Je me retournais vers mes deux camarades.

« - Bon, on fait comment?
- Comment ça? C'est pas chacun pour soi?! Tobio semblait totalement dérouté. Haru me devança.
- Akira à raison, on vient de passer Genin, comment veux-tu qu'on vienne à bout d'un Junin expérimenté seuls? On est obligé de s'allier. »

Haru semblait rationnelle et intelligente. Je la laissais s'occuper du plan. Il nous suffisait d'arriver jusqu'au Senseï et de le toucher une fois chacun. C'était tout à fait faisable.
Après avoir écouté les directives de notre coéquipière -ce qui fut très difficile à ingurgité par la fierté de Tobio- chacun de nous partis dans une direction différente choisie avec soin.

Nous étions arrivés jusqu'au Senseï sans trop de problèmes grâce à l'analyse de Haru, il nous fallait maintenant le toucher. Notre stratégie reposait sur la coordination, difficile pour des Genin venant de se rencontrer mais pas impossible. Nous avions, une chance, une et pas deux.

Tobio était assez précoce et il maitrisait déjà un Jutsu, il joignis ses mains pour faire le mudras du Serpent et le plan commença. Un tremplin Pour Haru qui était cachée derrière notre professeur, une descente lisse pour lui et un écrant de poussière de terre pour moi. Caché par l'écran, je pris cinq kunaïs pour les envoyer sur de notre cible. Tobio arriva par le bas en tentant de le faucher tandis que Haru sautait pour l'avoir par derrière De mon côté, je courus pour me mettre dans le seul angle qui n'était pas comblé par notre formation.
Il était encerclé, Tobio à gauche, Haru derrière, les Kunaïs devant et moi à droite, tout était là, il fallait le toucher maintenant.

Alors que nous avions prévu un saut de sa part, il fit quelques pas en avant pour éviter Tobio et il lança des Shurikens pour contrer mes Kunaïs. Haru retomba à quelques pas de la tête de notre coéquipier tandis que je courais dans leur direction. Il me regardais alors pour attraper le sixième Kunaï que j'avais lançé d'un autre angle et il l'envoya dans ma direction. « Rapide! » Son temps de réaction était bien plus rapide que ce que nous avions imaginé, je n'avais pas le temps de sortir une arme. Je fis une roulade en avant pour me retrouver nez à nez avec mes camarades, au sol.

On se jeta un coup d'oeil. Aucun d'entre nous avait abandonné, nous ne voulions tout simplement pas perdre. Il n'y avait pourtant aucun enjeux mais nous étions debout, prêts à en découdre. Mais alors que nous allions noush ruer sur lui, notre Senseï frappa dans les mains et dit d'une voix forte et amusée.

« - Mes félicitations, vous avez réussi l'entrainnement! Haha! Je sens qu'on va pouvoir faire du bon boulot avec vous trois! »

Surpris, je regardais mes camarades qui étaient dans le même état que moi. La bouche ouverte et les yeux écarquillés pour former un visage de bêta. J'avais rien compris et eux non plus mais le Sensei était aux anges. « Bah... Temps mieux! »



*Trois ans plus tard; Examen des Chunin; Grade: Genin*

« - ALLEZ ! BOUGES-TOI !!!! »

Les trois Genins avançaient en ricanant. Elle n’allait pas avoir le temps de s’échapper et qui sait ce qu’ils allaient lui faire. Je n’avais pas le choix. « Mais es-ce prudent ? » Je relevais la tête, ce n’était pas le moment de penser. Je fis signe à mon équipier, il savait quoi faire. Je tendis le bras dans leur direction pour crier vivement.

« - MAINTENANT !!!! »

Mon camarade fit le mudras du serpent pour faire apparaitre un petit dôme de terre au dessus d’elle alors que j’activais mon arme. Le creux de ma main devint incandescent pour finalement projeter un jet de flammes conséquent.
Je jet frôla le dôme pour prendre de plein fouet les trois opposants. Ma fausse peau commença à prendre feu lorsque je fermais ma main pour arrêter le jet. Je l’arrachais vivement alors que Tobio la récupérait. On ne pouvait pas perdre de membres. Notre équipe devait rester intacte.

Mes camarades revenaient vers moi quand un de nos trois ennemis se releva, rien de surprenant, mon jet était loin d’être puissant. Haru se retourna alors pour lui envoyer une rafale de vent. Je pensais que nous en avions fini avec eux et qu’il faudrait trouver un badge autre part quand elle leva la main pour attraper un objet brillant.
Elle s’avança vers nous un air triomphant sur le visage en montrant fièrement le badge qui nous manquait. Cette fille maitrisait le Futon et la manipulation comme personne !

« - Quel beau travail d’équipe !
- Met-nous au courant la prochaine fois !
- Hihi, pas besoin, vous agissez très bien sans savoir! »

Elle était imprudente et elle n’hésitait pas à se servir de nous pour réussir. Mais On l’acceptait, on avait l’habitude de fonctionner ainsi et puis, elle était vraiment fin stratège. On avait tous un rôle dans la team, elle planifiait, lui il protégeait et j’attaquais.

Nous avions donc nos deux badges, nous n’avions plus qu’à rentrer. Un jeu d’enfant, enfin presque, j’avais quand-même dû utiliser ma nouvelle invention.
Le retour se fit sans encombre et un nouveau test nous accueillis. Cet examen était planifié sur 24 heures et il était plutôt intensif. La première épreuve, que nous venions de finir, ressemblait plus à une mêlée générale qu’un exercice de survie. Nous étions dans un petit marais et il nous fallait trouver un badge différent du notre.

Si la première épreuve nous demanda un travail d’équipe, la deuxième nous demanda une confiance absolue en notre stratège. Une plaque en acier nous expliqua que nous devions arriver au bout du labyrinthe en un seul morceau. Mon camarade et moi nous sommes retournés simultanément vers elle avec un sourire complice. Elle prit alors les devants avec un regard déterminé.

Je ne sais pas comment fonctionnait son cerveau mais elle arrivait à prévoir et déjouer les piège en nous demandant d’agir dans le vide. Au début, on se sentait un peu con de faire un mur de pierre dans le vide ou d’envoyer des décharges sur un mur mais quand on voyait le piège s’enclencher sur nos leurres, on était épatés par ses compétences.

La deuxième épreuve fut vraiment facile et nous sommes arrivés assez rapidement dans une salle souterraine. Quelques équipes étaient déjà là et d’autres arrivèrent par la suite. Nous avions la chance de l’avoir, sans elle nous nous serions probablement battus pour savoir s’il fallait aller à droite où à gauche.

Il restait huit équipes de trois, soir 24 Genin de tous les horizons. Qu’allait-il nous tomber dessus cette fois-ci ? Ma question ne resta pas longtemps sans réponse. Un tunnel s’ouvrit avec une indication orale nous demandant d’y pénétrer.
Au bout, une arène. Les règles étaient simples, nous allions faire du un contre un. Un combat et c’était fini. Je n’étais pourtant pas si sûr de gagner.
Il y avait donc 12 combats en tout. Moi qui pensais avoir le temps de somnoler un peu avec mon nom en « Z », je fus surpris d’entendre mon heure sonner.

« - Zirashi Akira et Hyûga Nori! »

Dépité, je descendis de ma démarche lasse en pestant intérieurement. « J’ai vraiment la poisse ! » Je vis une petite tête qui se voulait noble face à moi. On m’avait dis que les Hyûga étaient redoutables mais il était vraiment… Petit.

J’entendis l’examinateur lancer le combat et je pris immédiatement une posture défensive. Mais alors que j’allais attaquer, je vis les veines de ses tempes gonfler à foison. « Mais qu’es-c’que c’est ?! » Surpris, je fis un bon en arrière. Il ne rigolait pas et je me focalisais sur le combat. Mais alors que je pensais le voir arriver sous peu, il resta figé les yeux écarquillés. Qu’avait-il vu ? J’étais dans le flou le plus total mais je ne pouvais pas rester passif plus longtemps. Je pris trois Kunaïs pour les lancer sur lui avec précision. Clignant des yeux, il retrouva son sérieux et contra les trois armes avec aisance. Il bougeait vite, mais je n’allais pas me laisser dépasser.

Le combat était rude, il m’avait attaqué avec un Taijutsu que je ne connaissais pas et qui était tellement fluide qu’il en devenait plus artistique qu’offensif. Je m’étais contenté d’esquiver jusque là pour jauger mon adversaire. Il était plus fort que moi, c’était indéniable. Mais j’avais quelque chose qui lui faisait défaut et sur quoi je devais jouer : La fourberie. Avoir des parties métalliques un peu partout sur le corps pouvait-être un avantage vraiment intéressant.

J’avais l’intention d’en finir rapidement. Alors qu’il préparait un coup sur mes côtes, je fis mine de me protéger pour prendre une des seringues empoisonnées que je stoquais. Avec mon arme dans la main droite, je pris le coup volontairement pour attraper son bras de ma main gauche et lui planter l’aiguille vivement. J’avais pressé le liquide dans son organisme. Il me suffisait de résister encore quelques minutes.

Mais ces minutes ne furent pas de tout repos, il m’attaquait sans relâche et il me toucha plusieurs fois. Mais son rythme commençait à ralentir, je sentais la victoire approcher quand je sentis mon dos se bloquer. Il avait pris de l’élan et il prévoyait une attaque qui allait probablement me mettre au tapis. Je posais la main sur mes côtes en métal pour découvrir un fil coupé. Pas besoin de savoir d’où il venait, je devais le réparer. « Merde, j’ai jamais tenté ça, ça va peut-être me paralyser à vie ! Tempi, au point où j’en suis… » Je regardais mon adversaire dans les yeux pour envoyer une décharge de Raiton dans mon circuit. Je me déplaçais au dernier moment pour voir mon assaillant s’écrouler sous l’effet de la toxine. De mon côté, j’essayais de rebrancher le fil sous la douleur insoutenable de la décharge.

L’examinateur se pencha au dessus du Hyûga pour annoncer ma victoire. Cachant ma douleur, je m’approchais de lui pour lui tendre un antidote. Je ne savais pas jusqu’à quel point ce poison ralentissait le cœur mais je ne voulais pas tuer ce garçon au style si artistique.

Les résultats sont tombés quelques jours plus tard. J’avais été promu au rang de Chunin au même titre que mes coéquipiers. La nouvelle fut accueillie par une soirée bien arrosée dans un restaurant de tagoyaki.


* deux ans plus tard; Grade: Chunin *

Cela fait maintenant onze ans que j'apprends tous les jours à réparer, améliorer et bidouiller les parties metalliques de mon corps, je suis devenu assez fort en ce qui concerne la mécanique. Il y a Sept ans, j'ai commença à me pencher sur la création de poisons et sur l'Iroujutsu qui me permet de soigner mes plaies infectées à cause des materiaux présenta dans mon corps. Depuis deux ans, je tente d'ajouter du Ninjutsu dans mes attaques, notemment enh me servant de mes parties mettaliques. Mais rien de vraiment concluant.

J'ai dix-sept ans et je ne sais toujours pas quel est mon nom. Quand je ne suis pas en mission ou en entrainement avec mon équipe, je travaille dans la boutique de Kol qui est toujours vivant malgré ses 84 ans « Il s'accroche le vieux! ». Je passe aussi beaucoup de temps à déambuler dans les rues, mon casque sur les oreilles en quête d'inspiration pour mes futures améliorations, poisons ou techinques.


Qui es-tu ? Dans la vrai vie !

Prénom/Pseudo : Rikyu
Tu as quel âge ? 18 ans (majoritééééééée) !
Tes disponibilités ? Oh, je suis là souvent, ne vous inquiétez pas !
Tu nous as trouvé où ? Top-Site (N vs S)
Et t'en penses quoi ? Il est Bow ! *-*
T'as un autre compte ? Lequel ? Nope
Mais encore ? *o* Ba ba ba, Ba bananaaaaaaaaaaaaaaaaa!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur de HNKMessages : 230
Ryos : 172
Date d'inscription : 04/03/2015

Feuille de personnage
Grade:
Expérience:
0/0  (0/0)
Sous-classe:
avatar
Fondateur
MessageSujet: Re: Zirashi Akira   Ven 1 Jan - 19:55

Hey !

Je viens de finir de lire ta fiche et elle est très très bien x)
J'ai beaucoup aimé te lire, ton histoire est très fournis avec un chapitre sur chaque moment important de ta vie. Tes personnages sont très détaillés et leurs psychologies bien déterminés.

Je suis ravi de te valider Junin de Kiri !
Bienvenue sur le forum et bon jeu à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hunter-no-kitai.forumactif.org
 

Zirashi Akira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Retour à l'académie (PV : Akira)
» Désertion de Akira~Senjutsu du Grizzli
» Fiche technique de Akira Rease
» Akira ? What else ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter no Kitai :: Zone HRP :: Partenariat :: Commencement :: Présentation :: Présentations terminées :: Membres de Kiri-