© Naruto no Kitai est la propriété de ses administrateurs dont Tetsuya Sawada, son fondateur. Le graphisme et codage du design ont été réalisé par Tetsuya. L'univers de base est tiré du manga de Masashi Kishimoto, Naruto.



 
FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ryû Juuji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jônin de SunaJônin de Suna
Messages : 18
Ryos : 200
Date d'inscription : 02/01/2016

Feuille de personnage
Grade: 7
Expérience:
56/100  (56/100)
Sous-classe:
avatar
Ryû Juuji
MessageSujet: Ryû Juuji    Dim 3 Jan - 9:19


Ryû Juuji
Feat. Hollow Ichigo - Bleach



Âge :: Vingt-quatre ans
Classe :: Ninja
Sous-classe :: Berserker
Village :: Suna
Domaines :: Kekkai Genkai [Senjutsu*] - Fuinjutsu [Juinjutsu] - Iroujutsu
Affinité :: X

* Il s’agit en effet d’une forme du Senjutsu, mais en lisant les régles j’ai remarqué vous avez donné un autre nom au KG de Juugo… Que dois-je mettre ?





Physique
La chose était forte, d’esprit comme de corps.
La chose était même monstrueuse, inhumaine. Non, résolument, cette atrocité qu’était Juuji ne pouvait être humaine. Parce qu’il n’était pas né d’un père et d’une mère mais issu d’une expérience abjecte, il n’avait rien, dans son apparence, d’un homme normal. Il était un spectre.

Il fallait dire qu’il semblait traverser les âges sans que son corps ne s’altérât, comme s’il pouvait se régénérer – ce qui n’était peut-être pas qu’une rumeur après tout. Il avait conservé ce physique depuis quelques années déjà, fin et musclé. Discret. Il émanait de sa personne une étrange douceur, presque timide, mais qui provoquait en réalité un fort sentiment d’inconfort, de malaise. La faute sûrement à sa peau blanchâtre si atypique, quasiment unique, qui renvoyait directement l’image d’un être surnaturel et que personne ne pouvait nier voir. Renforçant le caractère spectral de son apparence, il arborait des cheveux nacrés et n’était vêtu que de blanc. De même, bien trop léger pour sa taille et sa musculature, il pouvait se faufiler tel un fantôme parmi les vivants. Cela ne semblait néanmoins pas être un handicap, la réputation de sa force physique et de son endurance n’étant plus à faire.

En le regardant ainsi, on ne pouvait voir que pureté, et pourtant c’était un être malsain. Si la blancheur de cette créature ne la rendait pas disgracieuse, le reste de son apparence la rendait hideusement menaçante. De fait, il suffisait de croiser son regard pour se persuader de sa dangerosité. Il ne possédait en guise d’yeux que deux globes noirâtres qui donnait l’impression que ses pupilles jaunes flottaient dans leurs cavités. Cet iris si particulier brillait d’un éclat dément et passionné, quelle que soit l’émotion de Juuji sur l’instant. Il était donc bien difficile de connaitre l’état de ses pensées et ceci ne participait que d’avantage à la distance que mettaient les gens entre eux et lui.
Caractère
La chose était forte, d’esprit comme de corps.
La chose était même difficile à attraper, comme un animal sauvage, pourtant elle ne désirait qu’une chose, au fond : se faire maitriser. Tout fonctionnait de la même façon chez Juuji ; il désirait une chose, mais souvent s’en empêchait. Il était un être ambigu, avec les autres et avec lui-même.

En premier lieu, avec lui-même. Il désirait le pouvoir, la force, il désirait être reconnu, redouté et admiré. Il ne craignait pas de se mettre en péril pour assouvir ses pulsions, ainsi qu’en témoignaient ses expériences menées sur lui-même. Pourtant, tout à fait conscient de sa dangerosité, conscient qu’il pouvait perdre le contrôle, il se bridait souvent. Il se tenait à l’écart, évitait les incidents qui le transformeraient de nouveau en bête sanguinaire. Il savait plus ou moins se contrôler et avait une grande maitrise de ses capacités, mais sûrement que dans le fond il avait peur. Peur de comprendre ce qu’il était, peur de ne plus se retrouver totalement. C’est pourquoi, autrefois il avait eu des remords. Il n’en éprouvait plus, mais peut-être que quelque part il conservait un infime doute.

Puis, il y avait cette ambiguïté avec les autres. Ces autres qu’il tenait éloignés, et qui se tenaient eux-mêmes éloignés de lui. Il était pourtant attiré par eux, il voulait les étudier, admirer leurs pouvoirs. Il songeait à en asservir certains, parfois. Ou à ériger une race comme lui. Mais surtout, il souhaitait s’enticher d’un être puissant, qui saurait le comprendre, le maitriser, avec lequel il s’entendrait et apprendrait à dépasser ses limites. Il voulait, en somme, s’élever dans un monde qui ne voulait pas de lui. Il s’accrochait, mais tout ce qu’il touchait pourrissait avec lui. Il n’était au départ pas animé de mauvaises intentions envers les autres et cependant il prenait beaucoup de plaisir à les torturer, à les tuer. Alors, il était devenu un être asocial, qui ne s’autorisait à côtoyer que les âmes fortes.

Histoire
Scrrrr… Raclement d’une lame sur les dalles en granit. Elle ne t’appartient pas, tu l’as trouvée là sur un corps, mais tu aimes son scintillant et surtout cette façon qu’elle a de résonner lorsqu’elle racle sur le sol. Un bruit qui arrache les oreilles, qui transperce le cœur. Ils sont morts. C’est un son qui torture ; ils sont tous morts. Toi, tu es vivant, bien plus vivant que jamais, mais tu ne le sais pas. As-tu des remords lorsque, harassé, tu reprends tes esprits ? Tu ne devrais pas, Juuji, car c’est cette colère qui te libère. Le monde réel est une prison, un supplice pour toi qui possède de telles capacités. Lentement, tu regardes autour de toi, leur visage est figé dans une expression d’horreur et cela te procure un sentiment de satisfaction. Tu jouis de la souffrance des autres, tu profites de cet instant que tu sais éphémère car, déjà, tu sens le calme reprendre ses droits sur ta personne. Alors, tu inspires longuement…

Tu as perdu conscience.
Bon retour dans le monde réel, Juuji.


Le poids des regards se faisait lourd, lorsqu’il rentrait chez lui. « Qui as-tu encore torturé ? » croyait-il lire. Si c’était bel et bien ce que les passants songeaient ou s’il s’agissait d’élucubrations, il n’en savait rien. Mais Juuji s’en accommodait et poursuivait son chemin dans la capitale du pays du Vent. Voilà plusieurs années qu’il logeait là, embusqué dans un endroit miteux bien à lui où personne ne venait le trouver. A vrai dire, il pensait avoir toujours vécu ici, car il était bien incapable de se souvenir d’une autre vie, mais les rumeurs disaient qu’il avait été apporté à Suna par un étranger. Un vieillard qui aurait donné Juuji comme on transmettrait la peste. Mais s’il prêtait une grande attention aux rumeurs pour leur richesse d’informations, il se souciait peu de savoir vraiment d’où il venait. Sa vie était faite de trous et il était fatigué d’essayer de les combler. Il avait l’impression que c’était le remord qui l’avait poussé à vouloir reconstituer ses souvenirs, et il avait décidé de ne plus s’embarrasser de culpabilité ; il fallait avancer.

Pourtant, pour quiconque ayant vécu plus d’un demi-siècle auparavant, son origine serait l’évidence. Les preuves étaient là, il possédait ce pouvoir dont s’était entiché Orochimaru, celui à l’origine-même du Sceau Maudit. Il détenait dans sa chair le secret de l’art ermite dispensé au Ryūchidō. Une telle aberration avait été permise par la folie du Serpent de Konoha qui s’était acharné, des années durant, afin de donner naissance à un être similaire à Juugo. Ainsi, ils avaient une grande partie de leur ADN en commun et, son jumeau scientifique disparu, Juuji restait seul détenteur de ces capacités.

Une fois passé le pas de la porte qui menait à son antre, la ressemblance avec son père – si on pouvait appeler le Serpent ainsi – se faisait d’autant plus frappante. On pouvait apercevoir dans la pénombre de sa demeure l’attirail du parfait petit médecin et, dissimulé par une couverture minable, une collection de fioles renfermant des liquides jaunâtres. Bien qu’amnésique, Juuji avait parfois des excès de lucidité au cours desquels il semblait revivre avec douleur des expériences macabres. Mais compte tenu de la nature de ces réminiscences, le jeune monstre pensait surtout qu’il souffrait d’un mal commun chez les êtres sanguinaires : les cauchemars. Toutefois, le souvenir très flou de ces tortures expérimentales au cours de ses rêves l’avait mis sur la piste. Là était la ressemblance avec son créateur : il s’était lancé lui aussi dans toutes sortes d’expériences, sur lui-même d’abord, pour tenter de se comprendre, mais il visait à présent plus loin. Il voulait toucher à l’humain. Il s’était épris de cette idée soudaine lorsque, portant déjà un intérêt certain pour le Fuinjutsu, il avait pensé trouver un moyen de transmettre son propre pouvoir. Il ne savait pas très précisément pourquoi, mais il sentait tout son être envouté par ce projet. Parfois, il avait même l’impression que quelque chose lui dictait ses agissements, comme une force bien supérieure à la sienne. Il ne s’en effrayait guère car il jubilait d’avance.

Il ne s’était jamais inquiété de ce que ses recherches étaient légales ou non. Qui plus est, le climat ambiant avait nettement changé ces dernières années et il profitait de l’instabilité dans le cœur des gens. Personne ne venait le déranger là où il était, chacun avait bien d’autres soucis. Ce n’était néanmoins pas l’unique raison qui avait poussé Juuji à approuver ce changement. Il avait également été séduit par le charisme du nouveau Kazekage et avait admiré son panache lors de sa prise de pouvoir. C’étaient des hommes comme lui que Juuji voulait voir gouverner ; il semblait se retrouver en Aizen Nakamura. Du moins pour l’instant. Dès lors que cela entraverait son ambition, Juuji ne ferait plus cas de ce Kage.

Juuji soupira doucement. Il se remémorait les visages des passants, ces êtres ignorants. Ils n’avaient en effet pas pleinement conscience de tout ce qu’il faisait pour eux, de quelle façon il luttait au jour le jour pour ne pas céder à sa colère et faire de leurs corps un terrain de jeu. Et surtout, ils ne savaient pas combien ses recherches seraient précieuses pour Suna, une fois qu’il serait capable d’ériger une élite qui partagerait sa force. Obtenir une certaine reconnaissance de ses pairs n’était pas chose aisée dans ce monde. Il n’y avait que deux solutions, se faire admirer ou se faire craindre. Un jour viendrait où il ne serait plus seulement craint mais admiré.


Qui es-tu ? Dans la vrai vie !

Tu as quel âge ? 20 ans
Tes disponibilités ? Quotidiennes - Réponses Rp au plus tard en fin de semaine.
Tu nous as trouvé où ? Top-Site
Et t'en penses quoi ? J'suis venue pour le design aha ! Sinon, relisez-vous et ce sera le top !
T'as un autre compte ? Lequel ? X


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin de SunaJônin de Suna
Messages : 18
Ryos : 200
Date d'inscription : 02/01/2016

Feuille de personnage
Grade: 7
Expérience:
56/100  (56/100)
Sous-classe:
avatar
Ryû Juuji
MessageSujet: Re: Ryû Juuji    Dim 3 Jan - 12:49

Une MàJ pour dire que c'est terminé.
Il s'agit du prédef' de Kishi [ICI]. Je ne crois pas avoir pris trop de libertés, mais s'il faut plus détailler ça peut se faire.

Bonne lecture à tous :]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin de Kiri / Rang ANukenin de Kiri / Rang A
Messages : 195
Ryos : 405
Date d'inscription : 17/11/2015

Feuille de personnage
Grade: 11
Expérience:
1/100  (1/100)
Sous-classe: Soutien
avatar
Daiki T. Kishi
MessageSujet: Re: Ryû Juuji    Dim 3 Jan - 21:54

Bon et bien bienvenue, et je vais donc moi-même prendre en charge ta présentation.

Alors que dire... Cette présentation est parfaite, j'ai été un peu dégouté d'arriver à la fin en fait, j'étais a fond dans l'histoire. Tu as vraiment cerné l'idée du personnage que je voulais dans ce prédéfini.

Tout est bien ficelé et fluide. Tu as en plus mis un détail que je n'avais pas mentionné pour pas bridé l'histoire, et le pourquoi ce personnage à Suna. Le kazekage et sa prise de pouvoir. Tu l'a apprécié et ca fit donc de toi un allié au Kazekage.

De part ce détail, je garde ton personnage bien en tête pour d'éventuelles évolution de contexte.

Pour moi tu as carrément le level, et je suis content que ce soit quelqu'un comme toi qui a prit ce personnage.

Hors sujet : Pour ce qui est du sceau maudit et de la pose, j'ai te préparé certaines choses qui gardera l'effet réaliste du manga etc.

Et tes images sont énormes et ta zic aussi kiffant.

Je te valide donc Junnin de Suna / Rang 7

Bonus de village : Grade Juunin à la présentation ==> + 10 XP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ryû Juuji    

Revenir en haut Aller en bas
 

Ryû Juuji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter no Kitai :: Zone HRP :: Partenariat :: Commencement :: Présentation :: Présentations terminées :: Membres de Suna-