© Naruto no Kitai est la propriété de ses administrateurs dont Tetsuya Sawada, son fondateur. Le graphisme et codage du design ont été réalisé par Tetsuya. L'univers de base est tiré du manga de Masashi Kishimoto, Naruto.



 
FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission Rang C: Escorte d'un malfrat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chunin de KonohaChunin de Konoha
Messages : 27
Ryos : 188
Date d'inscription : 16/12/2015

Feuille de personnage
Grade: 2
Expérience:
75/100  (75/100)
Sous-classe:
avatar
Hyûga Hito
MessageSujet: Mission Rang C: Escorte d'un malfrat   Dim 7 Fév - 19:24



Escorte d'un malfrat
Hyuga Hito


On le sait tous maintenant, Hito est un personnage brisé par la mort de ses parents. On l’a tous vus que ce soit lors de ses missions ou dans sa manière de vivre. Sa morosité a même déteint sur son environnement de vie, regardez ce foutoire dans lequel il vit. Aucune lumière n’atteint sa chambre alors que le soleil est haut dans le ciel en cette belle après-midi au village de la feuille. Des vêtements salles éparpillé dans sa chambre, une odeur nauséabonde se sentait sur tous les recoins de l’appartement.  On voyait bien que Hito n’allait pas bien et que ce n’était pas aujourd’hui qu’il retrouvera la motivation de changer, cette motivation qu’il ressentait à chaque instant avant la mort de ses parents.

Regardez-moi cet homme, un corps sans vie sur un lit aussi salle que les égouts de konoha. De grosses tâches de cendres grisâtres entachaient ses draps, sous lequel se cachait un corps blanchâtre puant l’alcool. Le tabac et l’alcool, s’étaient devenu le résumé de la vie du jeune Hyuga. Un cheminée vivante qui comme un bébé avec sa tétine ne pouvait sécher ses larmes de malheurs sans une cigarette ou une bouteille de saké  dans la bouche. Car ce jeune shinobi qui dans le passé était un brillant shinobi passait ces soirée de repose à faire la tournée des bars. Il était maintenant devenu connu dans ces petits stands de saké qui se trouvait un peu partout dans le village de la feuille. Il était surnommé par la plupart de ces barmans d’alcoolique aux yeux blancs.

On pourrait croire que les yeux blancs font référence à son appartenance au clan Hyuga mais la plupart de ses camarades de buveries jurerait que ce n’est pas pour cela. On appelait ainsi car il pouvait ingurgiter des litres d’alcool sans voir ce regard vide disparaitre de ces yeux. La plupart des gens qui trainent dans ces bars miteux y viennent pour festoyer où oublier certain désagrément de la vie. C’était le cas du jeune Hyuga, il passait ces nuits dans les bars à noyer son chagrin dans l’alcool, mais contrairement aux autres clients fidèles, ils ne leur suffisaient que quelques verres pour oublier leurs petits problèmes, Hito quand à lui n’arrivait jamais à effacer ce regard vide de son visage. Selon les dires de certains, l’alcool qu’il ingurgitait aurait plutôt l’effet inverse. Plus sa facture en alcool s’allongeait plus ses yeux s’attristaient ne laissant ainsi qu’un regard vide et blanc de toutes émotions.

Mais tout cela vous le savez déjà, cette tristesse qui l’envahit ce manque de motivation et cette agonie dans laquelle il vivait. Mais serais-je vraiment capable de vous transmettre cette peine qu’il ressent tout au fond de son cœur, serais-je capable de décrire la source même de cette mélancolie qui serre sans cœur de jours en jours. Certes, on sait tous que cela vient de la perte de ses parents, mais je ne pourrais que vous décrire ses gestes, ses actions et en déduire ce qu’il ressent à ce moment de l’action. Je ne serais jamais capable de comprendre ces émotions, je n’ai jamais connu ses malheurs et j’espère que vous cher lecteur n’ayez jamais à vivre ce qu’il a vécu. Je ne suis là que pour vous décrire ce qu’il fait et mes mots ne seront jamais capables de décrire ses émotions. Ne serait-il donc pas mieux que j’abandonne mes écris, car de plus en plus, je me sens inutiles dans cette aventure qu’est celle du jeune Hyuga. Ne serait-il pas mieux que je pose cette plume qui me chagrine tant. Car oui je suis triste pour ce personnage qui au final n’est qu’une victime dans ce monde cruel des ninjas. Je me sens incapable de continuer mes écris si ce n’est pas pour vous apporter l’histoire telle qu’elle est, l’histoire telle que notre jeune protagoniste la ressent. En ce jour, je dépose ma plume et laisse le soin de cette histoire au jeune Hito. C’est son histoire et je ne vois pas une personne plus qualifié pour vous raconter sa vie. Cela m’attriste de devoir vous abandonner cher lecteur, mais la peine de ne pouvoir vous apporter l’histoire de ce jeune homme de vous faire vivre sa tristesse me parait plus grande. A chaque fois que je prends ma plume pour vous écrire une de ces histoires je ressens un manque dans ce que je vous raconte et ce manque seul Hito peut le combler.

Suis-je vraiment obligé de faire ça ? Qui s’intéresse vraiment à mon histoire ? Je ne suis qu’un shinobi parmi plein d’autre, il n’y a rien de très spécial dans ma vie qui en vaut la peine d’être lu. Pourquoi lisez-vous donc ceci ? Je vois ma tristesse vous permet de mieux vous sentir dans votre petite vie parfaite. Vous me dégoutez, prendre du plaisir à lire mes malheurs, mais voilà comme mon psy m’y oblige je ne peux pas m’en échapper. Apparemment, le fait d’écrire sur papier l’histoire de ma vie me permettra de retrouver goût à la vie. C’est lui le doc, il en sait mieux que moi, mais pourquoi je dois écrire avec une plume et de l’encre, je ne sais même pas m’en servir. J’aurais préféré faire cela sur mon ordinateur, ça irait plus vite. Mais non, apparemment écrire sur un ordinateur enlève tout le coté personnel de la chose. Bon, vous voulez avoir un aperçu de ma triste vie que même l’ancien narrateur n’a pas pu finir. Je vous jure, c’est quoi cette habitude qu’en les gens à m’abandonner. Vous voulez savoir à quel point ma vie est pathétique j’ai l’histoire qui fera l’affaire.

C’est un jour comme les autres, mon mal de tête matinal me reprenait. J’avais pris l’habitude de l’appeler comme ça alors que ce n’était que mon habituelle gueule de bois. Une petite lueur de soleil avait réussis à échapper au rideau et vint me gêner dans mon sommeil. J’avais beau me retourner, cette énervante chaleur brulante déranger mon sommeil. Je finis par abandonner cette bataille et me relevai, le monde tournoyait devant et mon mal de tête me reprenait. Je n’aurais pas dû prendre ce dernier verre, mais à chaque fois que le barman sonne l’appel de fermeture, je ne peux m’empêcher de prendre ce satané dernier verre.

Je referme mes yeux et tâte le bord de mon lit, je cherche mon paquet de cigarette et met la main sur un corps froid que je ne reconnais pas au début, je tire ma main et fait tomber cette objet. Merde, le cendrier. J’ouvre mes yeux et découvre le massacre sur mon tapis, un tas de cendres jonchaient sur le sol. Je tire une grimace puis attrape mon paquet de tabac, allume une cigarette. Je sors de mon lit tout en prenant ma veste puis je sortis de l’appart.

Au premier pas dehors, le soleil m’éblouis et mon mal de tête me reprit. Guérir le mal par le mal, c’était mon crédo. Je sortis alors de ma poche ma gourde d’alcool, et pris une grande gorgée avant de reprendre mon chemin. Ce jour-là une mission m’attendait et l’état dans lequel j’étais n’était pas très optimal pour ce qui m’attendait ce jour-là.  Les verres de trop que j’eu le soir d’avant allait jouer un rôle déterminant lors de cette mission.

Encore une mission d’escorte, j’en avais un peu marre de réconforter les vieux marchands ou encore écouter leurs histoires de vie. Le manque d’action lors de ces missions était le seul point positif de ces missions et avec le mal de tête que j’avais c’était le bon moyen de gagner de l’argent tout en ayant la paix. Et contrairement à ma dernière mission avec rosa, je n’avais aucune chance de finir dans le même état car j’y suis déjà avec tout l’alcool circulant dans mon sang.

Me voilà donc devant un énième marchand barbant, quoi que cette fois ci il était plus tôt différent. Un peu plus musclé malgré son âge un peu avancé et beaucoup moins communicant, ce qui n’était pas pour me déplaire. On prit alors la route de suite après une brève introduction. L’homme ne dépassait pas la quarantaine, mais paraissait plus vieux. On pouvait voir sur son corps quelques cicatrice inhabituel chez un marchand, mais je ne fis pas trop attention à ce détails tant je voulais en finir le plus vite de cette mission.

Nous prîmes alors la route vers le pays du vent sans trop attendre. Je montai a bord de la charrette alors que le vieil homme donnait un coup de fouet à ses montures. Le claquement du fouet de cuir sur les fesses du cheval sonna le départ du voyage. Nous traversions la route à travers la forêt et alors que la charrette se balançait sur le sentier de terre, je me poser la question que chaque personne ayant traversé cette route se sont posé. Comment pouvons-nous avoir des appareils nous permettons de communiquer en instantané et sur de grande distance alors qu’on avait des routes aussi minable. Je ne sais pas si je me serais posé la même question si je ne me sentais pas aussi minable.      

Alors que je continuais à chercher de comprendre ce qui n’allait pas dans le système, la charrette s’arrêta et le marchand se tourna vers moi. Son regard avait changé, la seule chose qui me venait à l’esprit était « Qu’est-ce qu’il me veut encore celui-là ? ». J’étais bien heureux qu’il soit resté silencieux tout le long du voyage, mais apparemment il allait commencer à me raconter son histoire. Mais bizarrement quatre hommes avait fait apparition devant nous.

-Jeune homme, je suis désolé que ça tombe sur vous, mais on va devoir se débarrasser de vous.  

Quoi ? Qu’est-ce qu’il a dit ? Il veut me tuer, mais qu’est ce qui se passe ? Les quatre hommes qui nous faisaient face avaient sorti de grandes lames. Moi qui croyais que j’allais avoir un peu de repos aujourd’hui. Le marchand pouvait voir sur mon visage un regard désolé ce qui le déstabilisa un peu. En même temps, qui pouvait lui en vouloir, je suis dans une situation dangereuse et la première à laquelle je pensais était que je devais me bouger le cul. Mon regard changea de suite en un regard de peur. Il me fallut quelques secondes avant de réagir, échappant de belle à l’assaut du pseudo marchand.

Je sautai de l’embarquement atterrissant quelques mètres au loin des bandits. Que devais-je faire ? Éliminer ses bandits, l’histoire me paraissait trop bizarre. Pourquoi attaquer sa propre cargaison ? J’avais trop mal à la tête pour essayer d’analyser la situation. Je préférais m’enfuir plutôt que de m’éterniser pour des conneries. J’illuminais la zone avec mon jutsu d’illusion avant de disparaître parmi les dizaines d’arbres derrière moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Mission Rang C: Escorte d'un malfrat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [mission de rang C] Escorte d'un haut dignitaire de Tsuchi no Kuni [Pv Yamanaka Iji]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter no Kitai :: Zone HRP :: Partenariat :: Alentours de Konoha :: Forêt de Konoha-